Une seule nuance de gris

Publié le 29 Mai 2015

où il apparaît que j'aurais dû être plus méfiante....

J'étais ravie d'avoir découvert aux tissus Bastide cet incroyable double face, tant il semblait fait pour moi.

Une face gris taupe, imperméable, une face kaki, moelleuse et chaude.

J'étais enchantée d'avoir réussi la transformation en 40 d'un patron Burda grande taille qui commençait au 44.

Il faudra un jour que je vous montre ma méthode d'extrapolation de tailles, je ne l'avais jusqu'à présent expérimentée que pour agrandir un patron d'une taille, je viens de constater qu'elle fonctionne aussi pour réduire de deux tailles, je suis fière de moi !

Voilà pour les bonnes nouvelles, je vous présente ma réalisation avant de passer le clavier à Mamie Ronchon.

Une seule nuance de gris

Voilà donc un imperméable bien enveloppant, léger, suffisamment large pour pouvoir glisser dessous un ou deux pulls pour l'hiver et pour ne pas entraver mes mouvements.

Une seule nuance de gris
Une seule nuance de gris

La capuche est vaste, elle devrait me protéger, au moins le temps que je la supporterai (car je ne supporte pas longtemps une capuche, comme un chapeau de soleil).

Une seule nuance de gris
Une seule nuance de gris

Les poches sont vastes également, pratiques pour la poignée de pièces destinées aux petits achats sur les vide-greniers.

Une seule nuance de gris
Une seule nuance de gris

J'aime beaucoup la découpe du dos, plus long que le devant, comme je porte souvent un sac à dos cela évitera de le faire remonter de façon disgracieuse.

Une seule nuance de gris

Le dos comprend aussi un empiècement surpiqué.

Une seule nuance de gris

L'imperméable est fermé par un gros bouton de nacre, simple mais efficace.

Une seule nuance de gris

Alors, me direz-vous où est le problème ?

Je vous l'ai dit, j'aurais dû être plus méfiante.

Je me suis fiée aux explications Burda pour coudre cet imperméable, c'était une grave erreur, que j'aurais dû éviter.

En effet, comme souvent chez Burda, aucune finition n'est prévue dans le déroulé des explications.

Il y a quelques années décennies, quand j'utilisais essentiellement les revues Burda, qui se souvient de Carina Burda ?, j'avais pris l'habitude de commencer par surfiler à plat les différentes pièces de mes ouvrages avant de commencer le montage.

Depuis, j'ai découvert la couture japonaise puis belge, et j'ai pris la (mauvaise ?) habitude d'explications impeccables, limpides et surtout complètes, comprenant les indispensables finitions.

Cet imperméable est donc portable, mais il ne faut surtout pas regarder à l'intérieur, j'ai du surfiler à la main les coutures, et même si je me suis appliquée du mieux que j'ai pu, franchement, c'est pas du boulot !

Et je ne vous parle que des finitions, je ne dis rien des manches dont le montage n'est même pas évoqué....

J'espère que cela me servira de leçon si toutefois je me trouve à nouveau dans l'obligation d'utiliser un patron Burda parce que je ne trouve que chez eux la forme que je cherche.

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture

Commenter cet article

Sophie 31/05/2015 17:35

Ah Burda... Décidément non, moi pas Burda.

Belle-maman 30/05/2015 14:17

Je trouve très sympa et en apparence confortable. Pour les finitions on ne voit rien, le manteau est fermé quand il fait mauvais temps!! A bientôt

marie/mamitricote 29/05/2015 22:23

pas mal du tout, j'aime beaucoup la forme et l'hiver on garde son manteau fermé, pas de risque d'exposer les finitions boiteuses
bravo

tricofrancoise86 29/05/2015 14:41

C'est fastidieux le surfilage à la main ! Comme quoi il ne faut pas changer les bonnes vieilles habitudes ! En tout cas ton imperméable est très beau , et bien réussi !! Bravo pour ce beau travail !!
Bises

MissLN 29/05/2015 13:05

Tu vois les soi-disant défauts mais tu es bien la seule ! Moi je le trouve beau.
Si tu avais un appareil à biais tu aurais pu biaiser tes coutures , ce qui t'aurais épargné un surfilage ! ! !
j'dis ça mais j'dis rien !
Bisous