Publié le 26 Décembre 2018

où il apparaît la belle après la revanche...

Après l'épisode hautement oubliable du chemisier calamiteux, j'avais pris ma revanche avec la version brouillon du chemisier Jessica.

Voici enfin Jessica dans son superbe imprimé colibris.

Jessicaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !

Le patron est toujours issu du numéro de novembre décembre 2018 de la Maison Victor. Je n'ai apporté aucune modification, à part les manches raccourcies pour être à ma taille, et un truc pour coudre plus facilement les brides, en les laissant sur le papier qui se déchire ensuite tout seul.

Le tissu est une microfibre fluide, douce et légère mais avec un tombant de tissu lourd, "peach pearl by Penelope Europe" achetée aux tissus Bastide.

 

Jessicaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !

Pour les brides, j'ai utilisé de la queue de rat orange, toujours des tissus Bastide. Les boutons en forme d'étoile viennent d'Action.

Jessicaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !

J'aime trop ce chemisier, encore une petite photo !

Jessicaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !

De dos maintenant :

Jessicaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !

J'aime trop ce chemisier, encore une nouvelle version ! Bientôt sur cet écran, à bientôt donc en Jessica....

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #Tissus Bastide, #la Maison Victor

Repost0

Publié le 17 Décembre 2018

où il apparaît, après le chemisier calamiteux, le chemisier Victorieux...

J'espère que comme moi vous avez oublié l'épisode du chemisier calamiteux.

Heureusement pour moi, peu après ce ratage, Victor est arrivé !

Dans son numéro de novembre/décembre 2018, la Maison Victor propose le patron du chemisier Jessica. 

Chat échaudé craignant l'eau froide, j'ai commencé par réaliser un brouillon, dans une fine toile de coton à imprimé cravate, ou à motif camarguais.

Et c'est une réussite !

Me voici réconciliée avec les chemisiers.

Chemisier Jessica

Comme d'habitude avec Victor tout est parfaitement expliqué, la largeur des marges de couture par exemple, les finitions sont prévues, la coupe est impeccable, le résultat parfait. Ce brouillon a gagné ses galons, il ne restera pas sur l'étagère des vêtements à dépiécer pour récup', il m'accompagne déjà partout.

Chemisier Jessica

J'étais si contente de réussir ce chemisier que pour une fois j'ai réalisé une fente pour le poignet. Il la vaut bien !

J'ai simplifié en la bordant d'un biais, c'est la seule modification que j'ai apportée au modèle.

Chemisier Jessica

Les boutons sont parfaitement à leur place, inutile de remonter le décolleté, pas de risque d'atteinte à la décence.

Boutons de nacre en forme de fleurs trouvés dans mon stock, brides réalisées avec un lacet de récup'.

J'ai acheté le tissu à ma voisine, merci Isabelle !

Chemisier Jessica

Grâce à la réussite de ce Jessica la Camarguaise j'ai osé couper mon joli coupon, bientôt sur cet écran, Jessica-Pénélope, à bientôt donc.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor

Repost0

Publié le 16 Décembre 2018

où il apparaît la chronique d'un désastre annoncé...

J'ai été infidèle à Victor et je n'ai eu que ce que je méritais !

Prenons les choses par ordre chronologique :

Je ne porte quasiment jamais de chemise ou de chemisier. Par gout, certainement. J'ai pourtant été séduite par ce joli chemisier :

Chemisier calamiteux

Ce chemisier simple et élégant figure sur ce numéro de Couture actuelle.

Chemisier calamiteux

Le trench à manches froncées me plait aussi énormément, de même que le perfecto.

Chemisier calamiteux

J'achète donc cette revue que je ne connais pas.

J'aurais mieux fait de m'abstenir...

Le choix de la taille n'était déjà pas très engageant : chez Victor, la taille 38 me convient parfaitement, ici, il me faut du 42, voire du 44. A tout le moins, c'est vexant, mais bon, allons pour un 42.

Au décalquage du patron, je commence à tiquer : les patrons ne sont tracés qu'en trois tailles (38, 42 et 46 pour celui-ci), les tailles intermédiaires sont à tracer soi-même "à égale distance de la taille inférieure et de la taille supérieure" précisent les explications. C'est bien la première fois (et je réalise des vêtements à partir de patrons depuis plus d'un demi-siècle) que je rencontre un patron dont les différentes tailles sont inscrites les unes dans les autres, tous les bords sont parallèles. En fait, cela tient plus de la publicité pour la Vache qui rit que de la gradation.

Autre alerte que j'ai négligée : le plan de coupe est faux.

Encore une bizarrerie : le patron du dos est à poser sur le pli du tissu, il n'est donc composé que d'un demi-dos, ce qui est habituel. Pourquoi le patron du devant, bien que strictement symétrique, est-il alors figuré dans sa totalité ? Un si grand morceau de papier est peu pratique à manier.

Là encore, j'aurais dû fuir...

Passons aux explications qui accompagnent le patron : je vous fais la version courte, je me suis crue revenue au "bon" vieux temps où je n'avais que les Burda à me mettre sous le pied de biche : explications lacunaires, (aucune finition n'est indiquée, pas de repères pour identifier le dos et le devant des manches), ou incompréhensibles. Quant aux marges de couture et d'ourlet, il est juste indiqué qu'il faut les ajouter. Merci Madame Couture actuelle, vous êtes bien bonne.

Mais qu'allais-je donc faire dans cette galère ????????

J'ai poursuivi, je suis bien capable de monter un chemisier sans explications, non ?

Oui, certes, mais une petite voix me fait in petto remarquer que j'ai payé pour un patron et ses explications, et que j'ai donc droit à des explications utilisables. Au diable l'avarice, je coupe mon chemisier, en remontant tout de même le bas de l'encolure de quelques centimètres, par souci de décence.

Je réalise donc ce chemisier toute seule, comme une grande, en ajoutant toutes les finitions qu'il nécessite.

Et....

Voici le désastre annoncé, un truc qui tombe mal, qui est beaucoup trop vaste, mais qui réalise cependant le prodige d'être en même temps étriqué : je suis gênée aux entournures, dès que j'esquisse un geste un peu ample, du genre lever les bras, ça tire.

Le décolleté, bien que remonté comme je l'ai déjà dit, rend le vêtement importable, j'ai donc remédié à cette atteinte à la décence en cousant de petites étoiles à travers toutes les épaisseurs. Cache-misère....

 

Chemisier calamiteux
Chemisier calamiteux
Chemisier calamiteux

Donc, un truc importable. 

Petite consolation, comme je me doutais quelque part que je me promenais au bord de la Bérézina, je n'ai pas taillé ce prétendu chemisier dans le superbe tissu que je destinais à cet usage, mais dans un coupon plus modeste. Pas de grosse perte donc, juste un petit naufrage.

Deuxième consolation, le nouveau numéro de la Maison Victor offre un superbe chemisier, bientôt sur cet écran, à bientôt donc.

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture

Repost0

Publié le 1 Décembre 2018

où il apparaît peut-être le début d'une nouvelle tradition...

Il y a plusieurs années que je publie ici des petites robes de l'été.

Depuis que j'ai réalisé cette nouvelle version de Zaria, je me demande si je ne vais pas inaugurer une rubrique "petite robe de l'hiver".

La voici, coupée dans un pilou écossais, puisqu'il parait que l'écossais est de mise cette saison.

Zaria, la petite robe de l'hiver ?

Toujours le patron de la Maison Victor, édition de septembre octobre 2018, à manches allongées. J'ai à nouveau remplacé la parementure par un biais invisible. 

L'écossais est un pilou tout doux, tout chaud. Peut-être chiné chez Emmaüs ?

 

Zaria, la petite robe de l'hiver ?

Je sens que je vais beaucoup porter cette petite robe de l'hiver 2018; comme le froid n'est pas encore trop intense, elle fait équipe aujourd'hui avec ma veste Rocha,

Zaria, la petite robe de l'hiver ?

une de mes nombreuses écharpes queue de dragon,

Zaria, la petite robe de l'hiver ?

et un sac à dos que je ne crois pas vous avoir déjà présenté, orné d'un canevas chiné sur le vide-greniers de Courgenay, Yonne, encore un !

Zaria, la petite robe de l'hiver ?

Voici la panoplie au complet : 

Zaria, la petite robe de l'hiver ?

Je ne porte pas de sac à dos à chacune de mes sorties, en fait ils ne m'accompagnent qu'en voyage ou sur les vide-greniers, pour tous les jours, mon sac gitane est tout simplement parfait, il est passé de sac d'été à sac d'hiver très naturellement.

Zaria, la petite robe de l'hiver ?

Mais de là à me faire aimer l'hiver, il y a encore une énorme marge !

D'autres petites robes de l'hiver, d'autres vestes, d'autres sacs aideront peut-être à faire passer cette vilaine saison.... on peut toujours rêver !

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #Trouvailles aux puces, #customisation avec du canevas, #la Maison Victor, #sacs à tapisserie

Repost0