Grenailles

Publié le 20 Janvier 2010

Pas de tricot à montrer en ce moment, entre les projets reportés par manque de matière première et l'éloignement momentané du stock (qui a dit "tant mieux, pendant ce temps là, il ne grossit pas" ?).
Pas de trouvailles aux puces à exhiber fièrement, je n'ai pas traîné mes guêtres sur un vide-greniers depuis l'année dernière et le prochain est encore loin, plaignez moi !
Une petite recette en attendant, ça vous dit ?
Si j'étais snob, je vous parlerais de rattes, mais je me contente de grenailles.
Encore que... quand je trouve des vitelottes, je craque, et pourtant je ne suis pas une acharnée de la couleur, vous l'aurez remarqué.

Bon, commençons par la liste des courses.

les-courses.JPG
On oublie le potiron (qui se transformera bientôt en carrosse ?) et le café qui squattent sur la photo, on se concentre sur les grenailles, les olives noires à la grecque et le poireau.
Il faut aussi de l'huile d'olive, du vin blanc, de l'ail semoule et du poivre, mais ça, pas besoin de faire les courses, ça vit dans le placard.
Il m'est difficile de vous donner des quantités précises : tout dépend de la taille des grenailles, l'important est qu'elles aient à peu près le même volume pour cuire à la même vitesse.
A titre indicatif, je compte une dizaine de grenailles de taille moyenne par personne, un petit poireau pour deux, une poignée d'olives noires.
Pour l'huile et le vin blanc, il en faut suffisamment pour que les grenailles soient à moitié immergées.
On lave le poireau et on le taille en fine julienne, ou l'inverse, on taille et on lave.

poireau.JPG
On le fait fondre doucement.

poireau-fondu.JPG

Pendant ce temps là, on lave les grenailles, on les pose dans une sauteuse, on les arrose de moitié huile d'olive, moitié vin blanc, on couvre, on fait cuire pas trop vite.

grenailles.JPG
Pendant que les grenailles cuisent, on dénoyaute les olives et on les coupe en petits morceaux.

olives.JPG

On vérifie la cuisson des grenailles en les piquant avec un petit couteau.

photos8-1044.JPG

On rassemble alors dans la sauteuse la fondue de poireau, les olives, on poivre (pas besoin de sel, les olives en apportent bien assez) et on aille, aïe, aïe, aïe !
Les habituées connaissent mon manque de modération en ce domaine.

ail.JPG

Un petit coup de cuillère en bois pour mélanger, un dernier petit coup sur le feu pour réchauffer, et on sert.
Et... on ne fait pas comme moi qui ai oublié la photo de l'assiette dressée !

Publié dans #Mes petites bouffes

Commenter cet article

Ninoun 22/01/2010 14:30


Ah oui!! Mhhhh... ça a l'air bien bon!! Je sens d'ici le parfum de l'ail que j'adore aussi...


Martine 21/01/2010 09:39


Sympa cette recette facile à réaliser, mais il faudrait que cela soit pour moi seule, personne n'aime les olives à la maison (chez nous, c'est la crème...). Amitié, Martine


monique 21/01/2010 08:24


normal d'oublier c'était trop bon! j'espère que la pénurie de laine ne dureras pas trop longtemps....c'est tellement beau ce que vous faites merci
monique


Danielle 20/01/2010 22:48


Pas trop compliquée cette recette et j'aime beaucoup les olives............
Merci pour le partage
Amitiés
Danielle


Gouezela 20/01/2010 22:19


En voilà une recette qui fait saliver!
En plus, la petite patate en forme de coeur sur la 4e photo est à croquer!
Merci pour le tuyau culinaire que j'essaierai avec mes prochaines genailles.
Amitiés


Gradiva 20/01/2010 19:04


Miam ! et si j'ai bien suivi, on ne pèle pas ? C'est le Paradis.


Mylène 20/01/2010 14:41


Sûrement très bon, à faire mais pour moi sans les olives que je n'aime pas!!!!