Publié le 18 Juin 2018

où il apparaît Vénus,  Vénus, Hermès et quelques autres...

Depuis quelques temps je m'amuse à crocheter des amigurumis.

Tout a commencé avec une puis deux sirènes.

Et d'autres bricoles.

Voici ma petite dernière, une Vénus de Willendorf, que je me suis amusée à présenter à ses copains en puissance, quelques statues que j'apprécie tout particulièrement, et en tout premier lieu la Dame de Brassempouy, ou Vénus à la capuche, premier visage humain jamais immortalisé dans la pierre.

Vénus en compagnie
Vénus en compagnie

Le tuto vient de ce site : ici.

Il est en anglais, mais je n'ai pas eu besoin de le traduire, j'ai suivi les explications crochet en main, c'est simple.

J'ai simplement modifié la position des bras, que je trouve plus naturelle sous les seins plutôt qu'au-dessus.

Vénus en compagnie
Vénus en compagnie
Vénus en compagnie

J'espère que ces photos ne subiront pas les ciseaux d'Anastasie !

Vénus en compagnie

J'ai utilisé un fil presque aussi ancien que la Vénus, qui aurait 25 000 ans.

J'ai toujours connu cette bobine de bois dans les affaires de couture de ma grand-mère, je l'ai précieusement gardée jusqu'à enfin trouver cette utilisation. C'est un fil soyeux, dégradé, que j'ai crocheté au 1.25.

Au passage, j'ai appris à crocheter un cercle magique, même avec ma main gauche, c'est très simple.

Vénus en compagnie

Bientôt ici d'autres amigurumis, et même sous peu du tricot aux aiguilles !

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Modèles de tricot gratuits, #C'est bon pour le moral, #Ce qui me fait rire

Repost0

Publié le 11 Juin 2018

où il apparaît que Morris joue les timides....

et se camoufle.

Timide au point que je n'ai pas encore de photo de cette chemise portée par Fantin.

 

Morris le timide

Toujours le patron de la Maison Victor.

Quant au tissu... Je n'ai plus aucune idée de sa provenance : vide-greniers ? Emmaüs ? Tissus Bastide ?

La timidité pousse Morris à être discret sur ses origines.

J'ai réalisé un pli creux au dos de la chemise, à la place du pli plat prévu par le modèle.

Je ne me souviens plus si c'est intentionnel ou accidentel.

Décidément, beaucoup de mystères autour de cette chemise...

Rappelons qu'une poche se cache dans la couture entre l'empiècement et le bas du devant.

Morris le timide

J'espère néanmoins qu'elle ne restera pas au fond d'un placard et qu'elle affrontera la lumière du jour.

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor

Repost0

Publié le 10 Juin 2018

où il apparaît une version australienne de Morris...

Pour une raison qui m'échappe encore, j'ai publié ici deux chemises Morris, mais que j'avais bizarrement dénommées Foster.

Deux versions africaines, la première euphorisante et deuxième plus zen.

Pour la troisième chemise, publiée enfin sous son vrai nom, Morris, je le répète, j'ai carrément changé de continent, puisque je l'ai taillée dans les chutes de mon ensemble consolateur.

 

Morris à l'australienne

Seule modification au modèle de la Maison Victor, j'ai remplacé encore une fois les boutons et boutonnières par des pressions en plastique.

Morris à l'australienne
Morris à l'australienne

Comme toutes les chemises de la Maison Victor (il faudra un jour que je compte combien j'en ai réalisées, entre les Pinsons, les Jared, les Spike, les Bill...) elle tombe parfaitement.

Morris à l'australienne

Ici, on ne voit pas aussi bien la chemise, mais la photo est belle !

Morris à l'australienne

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor

Repost0

Publié le 9 Juin 2018

où il apparaît des chemises de Beach Boys...

Pas encore de quoi équiper tous les frères Wilson, mais Fantin est paré pour l'été.

Hawaï ? Californie ?

Tout d'abord une chemise verte, la Jared de la Maison Victor, déjà vue ici. C'est fou ce que l'emploi d'un imprimé différent change l'aspect de la chemise !

Cette fois, pas de modifications au modèle d'origine, à part le remplacement des boutons et boutonnières par des pressions en plastique.

Hawaï ? Californie ?

Le tissu vient des Tissus Bastide.

Hawaï ? Californie ?

J'adore son imprimé hippie, power flower sans fleurs (Fantin souhaite des motifs masculins, les guitares, c'est moins girly que les fleurs).

Voici la version jaune.

Hawaï ? Californie ?
Hawaï ? Californie ?

Pourquoi seulement deux versions ?

Parce que l'imprimé n'était disponible qu'en deux couleurs....

J'ai hâte de voir ces chemises portées, juste histoire d'en couper d'autres....

 

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor, #Tissus Bastide

Repost0

Publié le 8 Juin 2018

où apparaît la fin du voyage...

Après Hana, sa route et les lava tubes, à l'est de Maui, voici notre dernière étape, la côte ouest, Kaanapali, Lahaina et autres plages.

Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !

Nous découvrons avec plaisir la vue de rêve que nous avons de notre balcon.

Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !

A Lahaina, la principale attraction est ce banyan géant, qui recouvre complètement la place principale.

Lahaina, en hawaien, signifie "soleil cruel", l'ombre de cet arbre étonnant est donc appréciée, particulièrement des artistes locaux qui y tiennent un marché... inégal : on oscille entre la vente de fin d'année des travaux d'élèves (pas doués !) et la production à la chaîne style Place du Tertre. Pas grand chose à sauver hélas, mais nous ne sommes pas la pour ça.

Les nombreuses galeries d'art de la ville offrent des oeuvres de plus grande qualité. Nous avons passé un long et agréable moment à contempler des affiches françaises anciennes, Cappiello, Cassandre, Savignac, ils y étaient tous, mais nous n'avons pas osé prendre de photos.

Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !
Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !

Un tronc principal énorme, 16 troncs secondaires, une foultitude de petits troncs périphériques, plus de 200 ans et des milliers de touristes.

Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !
Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !
Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !
Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !
Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !

, L'arbre porte encore quelques fleurs, il doit être encore plus spectaculaire au maximum de sa floraison !

Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !

Après une averse, une surprise nous attend :

Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !

Cette plage, D.T. Fleming, est présentée sur le guide comme la plus belle des Etats-Unis. 

Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !
Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !
Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !

Ce titre peut se discuter, ce sera la dernière du voyage, et j'en garderai surtout la joie de cet apprenti surfeur :

Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !

Une dernière photo, c'est beau une île la nuit !

Maui, Kaanapali, Lahaina, adieu Hawaii !

Merci à tous ceux qui nous ont accompagnés dans notre voyage, à bientôt sur une prochaine île, sous un nouveau volcan.

On the road again !

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Voyages

Repost0

Publié le 7 Juin 2018

où il apparaît que je vous cachais un peu de la route de Hana...

L'éruption du Kilauea nous avait empêché de visiter les lava tubes du Parc des volcans.

Nous avons donc visité les lava tubes de la route de Hana, et, franchement, c'est une expérience à tenter.

Un peu d'explications d'abord : les lava tubes se forment au cours d'une éruption volcanique, bien sur, la lave s'écoule vers la mer, au contact de l'air froid, le sommet de la coulée durcit, forme une croûte, sous laquelle la lave continue de s'écouler. Quand il n'y a plus de flot, le tube se vide. Et le touriste arrive....

Ici, on peut parcourir un tiers de mile (600 m, en gros), mais le tube est bien plus long.

Seul le sol a été un peu aménagé pour le confort de la marche, les parois et la voute sont telles que la nature les a sculptées.

Aucune infrastructure ne vient gâcher la découverte, on a juste une lampe de poche chacun (la même que mes flics de séries préférées !).

Je viens juste de descendre dans le tube, je me retourne une dernière fois vers la lumière du jour.

Ka’eleku Cave ou Hana Lava Tube

Étonnamment, aucune sensation de claustrophobie, tout est calme, serein, apaisant.

Ka’eleku Cave ou Hana Lava Tube
Ka’eleku Cave ou Hana Lava Tube
Ka’eleku Cave ou Hana Lava Tube

La plus grande "salle" du tube sert d'abri anti-atomique, mais heureusement aucune installation ne vient gâcher la visite.

Ka’eleku Cave ou Hana Lava Tube

Bien sur, comme dans les grottes que nous avons visitées ailleurs, les formations rocheuses ont reçu des petits noms évocateurs : pas de draperie de la vierge ou de 100 000 soldats ici, plutôt des références chocolatières en raison de la couleur et de l'aspect des stalactites et des stalagmites. Car il y a ici les deux formes, et j'ai cru comprendre que c'était unique à quelque chose : au monde ? à Hawaii ? je ne sais plus. 

Ka’eleku Cave ou Hana Lava Tube
Ka’eleku Cave ou Hana Lava Tube

Nous voici à nouveau à la lumière du jour, on the road again...

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Voyages

Repost0

Publié le 5 Juin 2018

où il apparaît une des plus belles routes au monde....

Voici la quatrième (et hélas, dernière) île que nous visiterons, Maui.

Sitôt atterris, nous partons sur la route de Hana, 82 kilomètres mais 600 virages, de nombreuses portions à une seule voie, des vues à couper le souffle à chaque tournant !

Et partout, une végétation invraisemblable, luxuriante, exubérante ...

Sur la route de Hana
Sur la route de Hana
Sur la route de Hana
Sur la route de Hana
Sur la route de Hana
Sur la route de Hana

Vous connaissez déjà cette photo, mais admirez la taille des feuilles de cette plante !

Sur la route de Hana

Partout, des chutes d'eau spectaculaires, comme ici les Twin Falls.

Sur la route de Hana
Sur la route de Hana
Sur la route de Hana

Une autre chute d'eau, dont j'ai oublié de noter le nom, mais il y en a tant...

Sur la route de Hana

Il y a bien sur quelques coqs pour nous accompagner, ceux-ci tenaient tout particulièrement à monter dans notre voiture.

Sur la route de Hana

Le chemin n'est pas toujours des plus aisés, mais si j'y suis parvenue, c'est à la portée du plus mauvais des randonneurs.

Sur la route de Hana

En revanche, je ne suis pas certaine que mes sandales en réchapperont (et pourtant elles ne sont pas rouges !); les bains de boue, ça peut-être bon pour les pieds, moins pour les chaussures.

Sur la route de Hana

A l'arrivée à Hana nous découvrons une plage noire.

Sur la route de Hana

Des groupes de jeunes remontent des pirogues à balancier.

Sur la route de Hana

Dans le village, les arbres portent des fruits étranges, heureusement moins funestes que ceux de la chanson.

Sur la route de Hana
Sur la route de Hana
Sur la route de Hana

Dans notre hôtel, les haies sont particulièrement remarquables : 

Sur la route de Hana
Sur la route de Hana
Sur la route de Hana

Les images qui suivent peuvent être cruelles pour celles qui peinent à conserver leur croton en vie :

Sur la route de Hana
Sur la route de Hana

Le parc de l'hôtel est tout aussi spectaculaire :

Sur la route de Hana
Sur la route de Hana
Sur la route de Hana
Sur la route de Hana
Sur la route de Hana
Sur la route de Hana

Pas de mots pour qualifier cette piscine dont nous avons usé et abusé jusqu'à la dernière minute de notre séjour :

Sur la route de Hana
Sur la route de Hana
Sur la route de Hana

Et demain, je vous emmène "sous" la route de Hana, visiter un des endroits les plus étonnants de notre voyage.

On the road again !

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Voyages

Repost0

Publié le 4 Juin 2018

où il apparaît un ensemble consolateur...

Je vous présente tout de suite un ensemble réalisé avant de partir en voyage, car vous allez bientôt le découvrir dans un endroit très insolite, où malheureusement la lumière n'est pas propice aux photos.

Or cet ensemble me plait énormément et mérite bien son petit article de présentation.

Vous connaissez déjà mon ensemble à pois.

Carola et top vintage à l'Australienne

En fait, pour tout vous dire, cet ensemble était un brouillon, un essai avant d'oser couper mon sublime coupon aborigène.

De passage à Alice Springs, je m'étais désolée du prix prohibitif des magnifiques tissus aborigènes exposés, mais à l'époque, je ne vous avais pas tout dit...

Je possédais en effet depuis une bonne vingtaine d'années un coupon, souvenir de voyage offert par ma fille, merci Émeline, qui attendait son heure.

J'ai eu raison d'attendre, l'ensemble jupe Carola/ haut vintage Modes & Travaux est parfait dans ce superbe tissu aborigène authentique.

Il a donc fait le voyage avec moi, le voici tout d'abord à Honolulu.

Carola et top vintage à l'Australienne
Carola et top vintage à l'Australienne

Sur l'île de Maui, vous en saurez bientôt plus....

Carola et top vintage à l'Australienne

Quelques détails techniques maintenant : Jupe Carola de la Maison Victor, ce doit être ma huitième, mais pas ma dernière réalisation, j'en ai encore d'autres en projet.

J'ai coupé la ceinture et la bordure des poches dans un tissu côtelé des Tissus Bastide.

Je n'avais pas acheté ce coupon pour l'assortir à ce tissu mais il lui convient parfaitement. Et il m'en reste suffisamment pour réaliser mon projet initial, une Carola en tweed pour cet hiver.

Carola et top vintage à l'Australienne
Carola et top vintage à l'Australienne

Le haut vintage de Modes & Travaux n'est plus à présenter, comme d'habitude j'ai supprimé le zip et cousu le bouton sur les deux parties du col. Il s'agit d'un bouton ancien, qui doit provenir de la boîte à couture de ma grand-mère, oui, on est assez conservatrices dans la famille...

Carola et top vintage à l'Australienne

Et comme le coupon aborigène était grand, j'ai taillé une chemise pour Fantin dans les chutes, vous la découvrirez bientôt ici-même...

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #Voyages, #la Maison Victor, #Tissus Bastide

Repost0

Publié le 3 Juin 2018

où il apparaît des coqs, des coqs, des coqs....

Nous sommes redescendus sur le plancher des vaches; quelques vaches ici, en effet, mais vous verrez bientôt que ce n'est pas l'animal le plus courant.

Nous faisons encore quelques promenades, avant de quitter cette île somptueuse, avec quelques regrets bien sûr, mais il parait que la prochaine île est encore plus belle !

Au menu des balades, des plages : 

 

Dernières promenades à Kauai
Dernières promenades à Kauai

des chutes d'eau : 

Dernières promenades à Kauai
Dernières promenades à Kauai

un patchwork de champs qui donne par moments à Kiuai un petit air de Thaïlande :

Dernières promenades à Kauai
Dernières promenades à Kauai

Pour terminer, une rivière, la seule rivière navigable de tout l'archipel :  elle servait essentiellement de terrain de jeux à la famille royale, c'est aujourd'hui un paradis pour les touristes.

Le méandre est parfait, malheureusement je ne peux le photographier en entier sur une seule photo.

Dernières promenades à Kauai
Dernières promenades à Kauai
Dernières promenades à Kauai
Dernières promenades à Kauai

Partout, sur les trois îles déjà visitées, nous avons croisé des coqs en liberté, absolument partout, souvent loin de tout, mais jamais nous n'en verrons autant que sur ce "point de vue" !

Dernières promenades à Kauai
Dernières promenades à Kauai
Dernières promenades à Kauai
Dernières promenades à Kauai
Dernières promenades à Kauai

J'ai découvert que les coqs, c'est un eu comme les icebergs : on n'en voit qu'une petite partie. Les fourrés qui bordent la pelouse sont littéralement fourrés de coqs et de poules, à perte e vue, ça grouille !

Sur cette photo, j'en compte distinctement six, mais en fait il y en a beaucoup plus, malheureusement cachés par la photo.

Dernières promenades à Kauai

Le soir, au restaurant, je me suis amusée de cette pendule : il est certain que j'aurais attendu avec fierté la minute précise qui m'aurait donné le droit de me faire servir une bière !

 

Dernières promenades à Kauai

Oui, vous avez bien lu, c'est 21 ans ici, beaucoup plus que pour le droit de port d'arme....

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Voyages

Repost0

Publié le 1 Juin 2018

où il apparaît que je prends de la hauteur...

 Les guides de voyage sont unanimes, il faut survoler Kauai pour en apprécier toute la beauté, (toutes les beautés serait plus juste).

L'idée de prendre l'hélicoptère me séduit très moyennement, mais je me rends aux arguments péremptoires du genre : faire tant de kilomètres pour ne rien voir...

Me voici donc à pied d'oeuvre.

Au-dessus de Kauai

Voici notre pilote, Wayne, qui nous commente en direct les paysages fabuleux que nous traversons.

Je le verrai essentiellement de profil car il a le bon goût de regarder devant lui, et franchement, si ce n'est pas très poli, c'est rassurant !

J'apprendrais plus tard que c'est un jazzman de talent.

Au-dessus de Kauai

Nous survolons tout d'abord les environs de Lihue.

Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai

Le temps est couvert, comme souvent, mais nous savons par expérience comme il peut être changeant : en 5 minutes, quand on reste au même endroit, en 500 mètres quand on est sur la route, on passe de la pluie au grand soleil. Croisons les doigts pour qu'il en soit ainsi aujourd'hui encore.

Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai

Une des innombrables chutes d'eau de l'île.

Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai

Nous retrouvons le grand canyon du Pacifique, parcouru hier, sous un autre angle, une autre lumière, les couleurs ont changé.

Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai

Nous franchissons une crête et nous voici au-dessus du clou du spectacle, Napali Coast, visible uniquement du ciel ou de la mer.

Et le soleil fait son apparition !

Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai

Cette plage de rêve, flanquée de sa petite sœur, apparaît actuellement dans je ne sais quelle pub télé (française !), elle est bien sur beaucoup plus belle en réalité !

Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai

Nous quittons cette côte paradisiaque pour explorer un endroit renommé comme un des plus humides au monde !

Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai

Il faut nous imaginer au cœur de ce cratère surmonté de nuages dont l'eau coule directement sur les parois à pic, en vol stationnaire, avec dans les oreilles Over the Rainbow par Israel Kamakawiwo'ole, qui est un peu l'hymne national hawaiien....

Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai
Au-dessus de Kauai

Le voyage est terminé, je retrouve avec grand plaisir la terre ferme, mais j'ai vraiment beaucoup aimé ce que j'ai pu découvrir.

Demain sea une autre promenade, on the road again...

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Voyages

Repost0