Publié le 2 Mai 2016

où il apparaît que les robes d'or et d'argent, couleur de Lune ou de Soleil, ne sont pas réservées aux princesses des contes de fées...

Entre deux Parisiennes se faufile une Estelle.

Cette robe du magazine la Maison Victor, numéro d'hiver 2014, me faisait de l’œil depuis longtemps, et pas seulement en raison de son jeu de découpes.

Mais il fallait que je trouve le bon tissu, celui du modèle, un satin rose, ne me plaisait pas du tout.

Encore une fois, j'ai trouvé mon bonheur aux tissus Bastide, rayon soieries Kenzo.

Et encore une fois, grosse prise de tête au moment de choisir : la robe est-elle à fond Soleil et à taches Lune, ou à fond Lune et à taches Soleil ?

Estelle, d'or et d'argent

Je ne sais plus comment j'ai réussi à me décider, mais la robe est là, à fond gris bleu et taches dorées, même si ce n'est pas visible sur tous les écrans.

Estelle, d'or et d'argent

Et elle est là au soleil, ce qui par les temps qui courent est une petite performance.

Estelle, d'or et d'argent

Je me suis particulièrement amusée à coudre les poches, ménagées dans les coutures des découpes princesse.

Estelle, d'or et d'argent

Amusante également, la découpe du dos.

Estelle, d'or et d'argent

Encore une belle robe, un peu habillée cette fois, merci Victor !

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor

Publié le 14 Avril 2016

où il apparaît un nouvel avatar d'Ivy...

Je vous annonçais une nouvelle Parisienne, mais je vous montre en fait une nouvelle Ivy.

La faute à sublime coupon de véritable wax hollandais, chiné pour 50 centimes samedi dernier aux puces de Saint-Christol.

Ivythree

Le tissu est en réalité beaucoup plus lumineux, mais difficile à rendre, j'espère bientôt vous le faire admirer sous des cieux plus cléments.

Ivythree

Il était trop beau, je ne pouvais pas attendre pour le couper et le coudre. Et comme le patron d'Ivy était resté sur ma table de coupe, il n'y avait plus qu'à.

Il était aussi trop petit, 1m15 en 120, mais il m'a suffi de couper le dos en deux parties pour réussir à y placer mon patron.

Ivythree
Ivythree

Malgré la couture du milieu dos, le décolleté est toujours le principal attrait de cette robe. J'ai encore remplacé les parementures et l'ourlet par un biais invisible.

Ivythree

Et à nouveau, un bouton ancien trouvé dans mon stock.

Ivythree

Je retourne coudre ma huitième Parisienne, et la prochaine robe que je vous montrerai sera certainement une Estelle.

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor

Publié le 12 Avril 2016

à Yves et Aline

où il apparaît que la Parisienne du quai aux fleurs pourra pousser la promenade jusqu'à l'île aux cygnes...

J'avais trouvé ce sac aux puces d'Alès.

Sac aux cygnes

Je ne l'ai pas acheté en raison de son prix dérisoire, mais parce que je savais qu'il était parfaitement assorti à ma Parisienne du quai aux fleurs, clic.

Surtout si je customisais ce sac avec un canevas, un cadeau d'Aline, qu'Yves a démonté de son cadre au risque d'y laisser un doigt, qu'ils en soient remerciés tous les deux.

Et surtout encore si j'agrémentais ce canevas d'un cygne crocheté.

Sac aux cygnes
Sac aux cygnes

Pour que le sac soit parfaitement assorti à la robe, j'ai doublé la poche formée par le canevas avec une chute de l'indienne Soleïado.

Sac aux cygnes

Pour sacrifier à la toute nouvelle tradition,clic , les trois cygnes ont les yeux bleus.

Sac aux cygnes

Et, mais surtout ne le répétez à personne !, j'ai encore une Parisienne en projet...

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #sacs à tapisserie, #customisation avec du canevas

Publié le 8 Avril 2016

où il apparaît que 2016 aura deux petites robes de l'été....

Ivytwo

Une nouvelle version, plus habillée que la première en boubou,à admirer ici , puisque réalisée dans une soirie quadrillée/fleurie de Kenzo, des tissus Batide, merci Marguerite ! Un fin quadrillé noir et blanc cassé, légèrement extensible et tout doux, des feuillages en velours floqués, un peu brillants, beaucoup d'audace donc pour moi, même si j'en reviens à mes fondamentaux, le noir et blanc, l'association graphique et fleuri, après une orgie chromatique qui m'a bien étonnée.

Ivytwo

Comme pour la première robe, tout se joue dans le dos.

Ivytwo
Ivytwo

J'ai à nouveau hyper simplifié la réalisation : pas de parementures mais des biais, pas d'agrafe mais un gros bouton décoratif, un bouton ancien qui dormait dans mon stock et qui doit être ravi de retrouver la lumière du jour.

Vivement le plein été !

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor

Publié le 6 Avril 2016

où il apparaît un brouillon prometteur...

Il est peu de dire que la robe Ivy, quand je l'ai découverte dans le numéro de janvier-février de la Maison Victor, m'a plu.

J'ai tout de suite su que cette robe était pour moi.

J'ai eu la même impression chez Bastide devant un tissu Kenzo que vous découvrirez bientôt, ce tissu était pour moi, et pour Ivy.

Mais pas question de gâcher cette magnifique soirie, alors un brouillon s'imposait.

Donc une petite plongée dans mon stock, qui m'a permis de redécouvrir un boubou chiné je ne sais plus où, une robe d'une vastitude telle que je pouvais presque y couper deux Ivy.

Je vous la dévoile tout de suite, je vous explique ensuite les modifications que jai apportées au modèle.

Ivy, ma robe de l'été 2016

Le tissu est un "véritable java hollandais".

J'ai simplifié à l'extrème le modèle, tout d'abord en replaçant les parementures par un biais invisible, autour de l'encolure, des emmanchures et même en faux ourlet.

Ivy, ma robe de l'été 2016

Tout le charme de cette robe se trouve dans le dos.

Ivy, ma robe de l'été 2016

Le modèle prévoit une fermeture par une agraffe, mais elle est inutile, j'ai donc cousu les deux pans entre eux par quelques points invisibles que j'ai cachés (bien qu'invisibles !) par un bouton fleur (Action).

Ivy, ma robe de l'été 2016

J'ai réussi à conserver la bordure du tissu en bas de la robe.

Ainsi simplifiée, cette robe est extrêmement facile et rapide à réaliser, très agréable à porter, je sens qu'elle sera mon amie inséparable des jours de fortes chaleurs.

Sa version définitive en soirie Kenzo est en cours de montage, j'espère qu'elle sera aussi réussie.

Ivy, ma robe de l'été 2016

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor

Publié le 4 Avril 2016

Où il apparaît des nouvelles de mon sac marin...

le homard aux yeux bleus

Je me suis bien amusée à crocheter ce homard et, contrairement à ce que je redoutais, je n'ai pas trop galéré pour son assemblage.

J'ai utilisé ce modèle, clic si le coeur vous en dit.

Mon fil, un dralon de Berger du Nord, doit être plus fin que celui du modèle car je l'ai crocheté au 2. J'ai raccourci les pattes, les petites et les grandes, mais j'ai rajouté un rang aux triangles des pinces, certainement par gourmandise. J'ai aussi armé les grandes pattes, pour qu'elles conservent une jolie courbe.

Pour un premier essai d'amigurimi, je suis très satisfaite (en plus d'être modeste) de ce que j'ai obtenu.

Le voici en place, sur mon sac de marin, clic.

le homard aux yeux bleus

Il va tenir compagnie à un petit marin chiné aux puces de Saint Christol lez Alès.

le homard aux yeux bleus

Si je ne l'ai pas crocheté, je lui ai tout de même brodé le pompon rouge qui manquait cruellement à son béret

.

le homard aux yeux bleus

Quant aux fameux yeux bleus, ils ne sont du qu'à l'impossibilité de trouver dans mon stock pourtant bien fourni deux banales perles noires, mais il y a bien déjà un crabe aux pinces d'or, alors, un homard aux yeux bleus, pourquoi pas ?

Et maintenant que j'y ai pris goût (je ne parle pas du homard, il y a longtemps que j'aime ça, je parle des amigurimis), je cherche un modèle pour crocheter un crabe, une bouée, un hippocampe ou tout autre motif marin.

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Modèles de tricot gratuits, #sacs à tapisserie, #customisation avec du canevas

Publié le 3 Avril 2016

Où il apparaît que Bill a encore changé de métier. ...

Bill le marin

Pour la première fois, Bill se trouve doté de poches.

J'ai coupé le corps et les manches dans un coupon de zéphir, les empiècements, le col, les poignets et les fameuses poches, dans un superbe tissu patchwork, merci Cathy.

Le zéphir, dans mon souvenir, était la star des tissus pour vêtements d'enfants dans les années 50.

Je ne sais plus où j'ai chiné ce coupon, mais je me souviens bien l'avoir tourné et retourné dans tous les sens pendant un bon moment, pour déterminer quel côté était l'envers, quel côté était l'endroit. Incapable de me décider, j'ai cherché sur le net et j'ai appris qu'une des caractéristiques de ce tissu était de n'avoir ni envers ni endroit, je m'en souviendrais.

Bill le marin

Les boutons noirs proviennent d'une ancienne robe de ma fille, celle dans laquelle j'ai coupé la jupe de la Parisienne, celle qui s'est cru un moment l'ultime,clic . Voici de l'upcycling ou je n'y connais rien...

Désolée, rien à faire pour retourner cette photo, quand je vous disais que le zéphir n'avait pas de sens !!

Désolée, rien à faire pour retourner cette photo, quand je vous disais que le zéphir n'avait pas de sens !!

Bill le marin

Je pense arrêter là cette série de chemises Bill, quitte à la reprendre plus tard en taille supérieure.

Mais j'adore franchement les motifs marins de celle-ci, qui lui confèrent un petit côté Nouvelle-Angleterre me rappelant mon dernier voyage.

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor

Publié le 27 Mars 2016

où il apparaît un avatar de Fantin l' explorateur. ...

Fantin explorateur le retour

Une nouvelle chemisette pour Fantin, selon le patron de Boys and girls, imaginée à partir d'un coupon échangé avec Éliza, merci Éliza, que j'ai complété par un tissu zébré de chez Bastide.

Fantin explorateur le retour

Je n'ai ajouté aucune fioriture, ni poches, ni revers de bas de manches, ni pattes d'épaule, les tissus se suffisent à eux-mêmes.

Fantin explorateur le retour

Une version plus facile à porter de la tenue d'explorateur de Fantin l'xplorateur, clic.

J'espère que la chemisette plaira autant à Fantin que son costume.

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture

Publié le 24 Mars 2016

Où il apparaît la Parisienne du jour...

Le soleil semble installé ici, préparons les robes d'été. Toujours avec le patron de la Parisienne de Louis Antoinette puisqu'il me convient si bien. Sans manches, bien sûr.

La Parisienne du quai aux fleurs

Je m'approche pour qu'on voie mieux les détails des tissus.

La Parisienne du quai aux fleurs

J'ai coupé le haut dans un coupon de chez Soleiado, le bas dans une jupe Stella Forest, chinée sur le vide-greniers de Sommières.

Une très jolie jupe, mais beaucoup trop large et froncée pour moi, je veux bien passer pour une lumière mais je refuse de ressembler à un abat-jour.

La jupe est brodée et pailletée, les fleurs sont en relief mais je trouve que cela reste délicat donc portable.

La Parisienne du quai aux fleurs
La Parisienne du quai aux fleurs

Je n'ai plus de Parisienne en projet, simplement un sac à tapisserie assorti, visible ici dès que possible.

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture

Publié le 23 Mars 2016

où il apparaît une nouvelle version de ma robe favorite....

Encore une Parisienne

J'ai coupé le haut dans une taie de traversin, chinée chez Emmaüs.

Le bas est une chute de la robe trench de la Maison Victor, visible ici, une grosse toile de coton également chinée chez Emmaüs. Mais pas le même jour....

Le patron est bien sûr celui de la robe la Parisienne de Louis Antoinette.

Encore une Parisienne

Une version de demi saison par ses tissus, plutôt automnale par ses couleurs et bientôt ici même une nouvelle version franchement estivale.

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor