Publié le 17 Avril 2017

où il apparaît une affaire rondement menée...

Ce matin, vide-greniers à Blauzac.

Quasiment à l'endroit où l'année dernière j'avais acheté le sac qui m'a servi de base au sac Orphage, clic, j'ai trouvé ce sac, offert par Damart à ses clients.

Sac pink Lady

Pourquoi choisir ce sac, somme toute assez banal ?

Parce que j'ai dans mon stock "le" canevas qui le dévoilera, l'illuminera, le sublimera.

J'installe donc le sac sur ma table d'opérations...

Sac pink Lady

Opérons donc...

Et voilà le résultat :

Sac pink Lady

Le canevas, chiné aux puces de Saint-Christol lez Alès, reproduit un tableau de Sir Thomas Lawrence, the Pink Lady.

Ce canevas forme une grande poche sur le devant du sac, poche que j'ai doublée d'un tissu camouflage fluo; le camouflage fluo formant lui même un oxymore du meilleur effet.

Sac pink Lady

J'ai coupé cette doublure de poche dans une chemise chinée aux puces d'Alès, à l'origine destinée à un costume d'explorateur pour Sacha.

J'ai également récupéré les poches de cette chemise, que j'ai fixées sur les petits côtés du sac. Avec un bouton jaune pétant pour vitaminer le tout, et surtout rappeler les teintes du canevas.

Sac pink Lady
Sac pink Lady
Sac pink Lady

Pour aujourd'hui, ce sac tôt fait se contente de se balancer, suspendu au figuier, mais il m'accompagnera bientôt aux puces ou sur les vide-greniers, à la recherche d'autres sacs, d'autres canevas.

 

Sac pink Lady

Mais... il lui manque peut-être une breloque par ci par là, la nuit porte conseil...

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Trouvailles aux puces, #sacs à tapisserie, #customisation avec du canevas

Repost 0

Publié le 16 Avril 2017

où il apparaît que la chasse aux oeufs a été fructueuse...

La robe Florence, parue dans le numéro de novembre/décembre 2016 de la Maison Victor, me tentait depuis longtemps.

Mais comme d'habitude, avant d'oser couper mon beau boubou glacé, j'ai réalisé une version de brouillon dans un coupon de fine popeline imprimée de palmes, chiné aux puces d'Alès.

Et comme d'habitude, le brouillon me plait beaucoup...

 

Florence, ma robe de l'été 2017 ?

Cette robe se réalise rapidement, elle est facile et agréable à porter.

 

Florence, ma robe de l'été 2017 ?

J'ai largement échancré l'encolure qui me paraissait trop serrée et j'ai remplacé la parementure prévue par un simple biais.

J'ai remplacé la ceinture du même tissu par une, et même deux, ceintures ornées de cauris.

 

Florence, ma robe de l'été 2017 ?

Je crois bien préférer finalement cette ceinture : 

Florence, ma robe de l'été 2017 ?
Florence, ma robe de l'été 2017 ?
Florence, ma robe de l'été 2017 ?

Quant à la chasse aux oeufs, je n'en ai trouvé qu'un dans le jardin, mais de belle taille !

Florence, ma robe de l'été 2017 ?
Florence, ma robe de l'été 2017 ?

Cet oeuf pourra passer l'été au jardin, comme il n'est pas en chocolat il ne fondra pas au soleil.

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor

Repost 0

Publié le 23 Mars 2017

où il apparaît que mon bomber Jean a trouvé son petit haut...

Je vous l'avais annoncé, ici, je voulais associer un top et mon bomber.

Ce fut vite fait, la chute de tissu était encore sur ma table et le patron du petit haut vintage de Modes & Travaux à portée de main.

 

Petit haut vintage et bomber, la tenue rêvée pour le printemps

Le petit haut vintage, vous le connaissez déjà, c'est lui, en direct de 1965.

Petit haut vintage et bomber, la tenue rêvée pour le printemps

Je l'ai d'autant plus vite réalisé que j'ai supprimé le zip prévu dans la couture de côté, il n'y en a vraiment pas besoin.

Petit haut vintage et bomber, la tenue rêvée pour le printemps

Comme j'avais suffisamment de tissu, je n'ai pas eu besoin de tricher pour le dos, au contraire de la première version. Le dos est donc coupé en un seul morceau et j'ai confectionné la goutte d'eau avec une parementure, comme prévu, c'est bien expliqué et rapide à réussir.

On ne le voit pas bien mais le bouton ancien que j'ai déniché dans mon stock brille un peu, comme les motifs du boubou, son motif géométrique répond aux motifs du boubou, j'ai donc tout motif d'être ravie !

Petit haut vintage et bomber, la tenue rêvée pour le printemps

Et regardez comme le petit haut vintage et le bomber s'accordent bien !

Je n'ai toujours pas trouvé ma petite robe de l'été, mais je crois que je tiens là ma tenue de printemps.

Petit haut vintage et bomber, la tenue rêvée pour le printemps
Petit haut vintage et bomber, la tenue rêvée pour le printemps

Quelqu'un prévient le printemps qu'il n'a plus qu'à arriver ?

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor

Repost 0

Publié le 16 Mars 2017

Où il apparaît que j'en ai rêvé, Victor l'a fait...

Voilà plusieurs mois que je rêvais d'un bomber en boubou.

En octobre, j'ai facilement trouvé le coupon de mes rêves aux Merveilles de Saint-Pierre, magasin qui s'appelait anciennement la Petite Berthe, il y en a peut-être à qui ça rappellera quelque chose.

Pour le patron, ce fut plus compliqué, parce que le bomber dont je rêvais avait des manches raglan; un rêve, ça ne s'explique pas...

Imaginez ma joie quand je découvris le fameux patron dans le dernier numéro de la Maison Victor, sous la forme du blouson Jean.

Non, pas un blouson en "djinn", un blouson pour les gens...

Jean, mon bomber

Aucun problème pour réaliser ce bomber, bien plus simple que Rocha puisqu'il n'est pas doublé.

L'encolure est simplement bordée d'un biais, que j'ai coupé dans le même tissu.

Le zip est cousu sur une sous-patte, mais là aussi, aucune difficulté.

Jean, mon bomber

Les poches en biais n'ont plus de secret pour moi, grâce aux explications détaillées.

Jean, mon bomber

Les poignets et le bas sont élastiqués.

Jean, mon bomber

C'est assez difficile à rendre en photos, mais les motifs turquoise et rouille sont légèrement irisés, j'adore ce tissu !

Il m'en reste un coupon, assez pour un petit haut, histoire de me la jouer twin-set décalé.

Jean, mon bomber

J'adore ce bomber, j'envisage même une nouvelle version dans un tissu un peu plus épais, une version doublée, avec un col en bord côtes, un mix entre Jean et Rocha.

J'ai le tissu principal, je pars à la recherche de la doublure (mais pas en soie !) et du bord côtes, je vous tiens au courant...

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor

Repost 0

Publié le 13 Mars 2017

où il apparaît que 2017 sera l'année des vestes...

Et surtout, n'y voyez aucun rapport à l'actualité électorale !

Après Amber, voici Rocha, et ce n'est qu'un début.

Rocha, ma veste...

Toujours à partir d'un patron de la Maison Victor, décidément mon fidèle complice.

Ce modèle est paru dans le numéro de septembre-octobre 2016. Théoriquement, ce n'était pas celui qui apparaissait à cette place dans ma to do list, mais, un jour où j'étais entrée chez Bastide, mon dealer de tissus préféré, pour acheter un zip, et juste un zip, promis juré, j'ai été prise en otage !

C'est une mésaventure qui m'arrive presque à chaque fois que je me rends dans ce magasin : impossible d'en ressortir sans m'offrir un petit coupon au poids, un métrage d'une soierie Kenzo, un velours si doux, un lainage si chaud...

Dernièrement j'y ai trouvé neuf pelotes de  duvet de chameau, exactement ce qu'il me fallait pour le tricot dont je rêvais, mais je m'égare, ceci est un autre ouvrage. 

Ce jour là, donc, les coupons était à moitié prix et... non, je n'ai pas la berlue ! Il s'agit bien du tissu du modèle ! A la couleur près, d'accord, mais un peu de marron glacé me changera du noir, du bleu, du gris qui sont l'ordinaire de ma palette. Et le fameux duvet de chameau est du même marron glacé, nous voici donc en train de franchir à grands pas la frontière entre le caprice et le raisonnable, non ?

Un gros plan sur ce tissu, pour mieux participer à mon enthousiasme.

Rocha, ma veste...

Gros plan qui permet aussi d'admirer la poche.

Une première pour moi, ces poches en biais, j'appréhendais un peu mais je m'en suis bien sortie.

Rocha, ma veste...

Rocha est fermée par un zip, elle a des découpes princesse au devant et au dos, et un col en bord côtes.

Rocha, ma veste...

Comme je ne trouvais pas le bord côtes de mes rêves à un prix raisonnable, j'ai chiné aux puces d'Alès un sweat shirt à 20 centimes, j'ai décousu sa bordure et j'y ai taillé un col. Encore une première pour moi, mais puisque c'est réussi et somme toute assez simple à réaliser, je recommencerai.

Rocha, ma veste...

Ce qui a été beaucoup moins simple à réaliser, c'est la doublure de la veste.

Mais le patron ou ses explications ne sont pas en cause. C'est mon choix de tissu, de la soie lavée, qui est le responsable de ces difficultés. Mais cette soie était si douce, ses couleurs s'assortissaient si bien avec le tissu matelassé, finalement, je ne regrette pas ce choix.

J'ai coupé cette fameuse doublure dans un grand coupon de soie lavée trouvé chez Emmaüs, il m'en reste assez pour un petit haut sans manches, plus qu'à trouver le patron...

Rocha, ma veste...

J'ai simplement ourlé le bas des manches, le modèle prévoyait un poignet resserré par un élastique, mais je n'en avais pas envie, en tous cas pour cette veste (attention, teasing !).

Rocha, ma veste...

J'ai réalisé cette veste en taille 40, parce que je voulais pouvoir la porter sur un pull (et revoilà le fameux duvet de chameau... Il s'incruste dans cet article, au risque de me faire perdre la face si je ne viens pas à bout de ce tricot qui me résiste, entre la traduction de l'anglais et l'emploi obligatoire d'une aiguille circulaire).

Le 38 aurait peut-être été suffisant.

Rocha, ma veste...

Pour mon ouvrage suivant, je n'ai pas eu ce problème de choix entre deux tailles, le modèle est en 38/40, quel confort ! A suivre, aussi vite que possible...

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor

Repost 0

Publié le 25 Février 2017

où il apparaît une bien jolie veste....

Dès sa parution dans mon magazine préféré, la Maison Victor,  dans son numéro de janvier-février 2016, j'ai su que cette veste serait un jour à moi.

Mais il fallait trouver l'astrakan dans lequel la couper...

J'ai écumé les magasins de tissus, je suis même allée au marché Saint- Pierre à Paris, ce qui ne m'était pas arrivé depuis des lustres, au moins.

En vain, ni Dreyfus, ni Reine, ni les coupons Saint-Pierre ne détenaient cette merveille.

C'est finalement aux tissus Bastide, à Saint-Hilaire de Brethmas, mon fournisseur préféré, que j'ai trouvé mon bonheur.

J'ai donc tracé le patron et.... procrastiné activement pendant un bon moment, impressionnée que j'étais par l'envers du tissu qui ressemblait fichtrement à du jersey.

Et j'ai toujours beaucoup d'appréhension avant de travailler du jersey.

Mais finalement, je me suis lancée et je trouve cette Amber très réussie.

 

Amber, et contre tout...

Aucune difficulté à coudre cette veste, donc, le patron est impeccable et les explications complètes et claires.

Mais, car il faut bien qu'il y ait un mais, c'est la coupe qui m'a posé problème : couper de la fausse fourrure, en tous cas celle-ci, c'est pire que tricoter de l'angora ! On mange des fibres, on en respire, on en a dans les yeux, ça s'insinue partout, ça s'envole quand on veut balayer ou aspirer, une horreur !

J'ai donc commencé par surfiler à plat tous les morceaux de ma veste; grâce à ma nouvelle machine à coudre, une Pfaff électronique achetée chez Lidl et à son pied de biche spécial surfil ça a été un jeu d'enfant.

Un gros plan sur cette matière diabolique s'impose à ce stade de la narration : 

Amber, et contre tout...

L'imitation est fidèle, on s'en rend compte, mais pour ce qui est du confort de cette veste, il faut me faire confiance : elle est toute douce et légère, les poches ménagées dans les coutures de côté sont faciles à réaliser,bien pratiques et juste à la bonne place.

Amber, et contre tout...

Amber est parfaite avec un pantalon, mais c'est avec Lora que je préfère la porter.

Amber, et contre tout...
Amber, et contre tout...

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #la Maison Victor

Repost 0

Publié le 29 Janvier 2017

où il apparaît que je transmets autour de moi la queue de dragon-mania....

J'ai eu la joie de recevoir des photos de queues de dragon réalisées en suivant mes explications.

Je suis très fière de vous les montrer.

Tout d'abord, celle de Michèle : 

Épidémie de queues de dragon

Une bien belle écharpe, avec un rang de trou-trous par section et terminaison en piques, bravo et merci Michèle !

Et la réalisation/transformation d'Edwige :

Épidémie de queues de dragon

qui a adapté l'écharpe pour sa Chérie !

Une idée que j'aurais aimé avoir... mais que je ne manquerai pas de copier quand je retrouverai Sasha.

Une mention toute spéciale à Edwige qui me suit depuis longtemps, elle a été la toute première à m'envoyer un ex voto, elle a réalisé plusieurs de mes modèles, ceux-ci par exemple.

Merci Edwige de ta fidélité.

Et pour toutes celles qui sont atteintes de queue de dragon-mania, je n'aurai qu'un seul conseil : tricotez bien !

 

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 28 Janvier 2017

où il apparaît une écharpe à martingale, la nouvelle pièce indispensable à notre garde-robe ?

Il s'agit certainement encore d'une manifestation de mon perfectionnisme,  mais je suis bien contente d'avoir réussi à résoudre ce problème que je m'étais inventé. 

Je m'explique.

Comme vous le savez, j'ai tricoté de nombreuses écharpes queues de dragon.

Mais un détail me chiffonnait, et j'aime aussi peu être chiffonnée que j'aime repasser, essayez donc de trouver une logique la-dedans....

Bref, le nombre de piques n'était pas le même sur les deux côtés de l'écharpe. 

 

Écharpe queue de dragon, variante invisible...

En se donnant un peu de mal, on peut compter les piques sur cette écharpe, quinze tricotées avec ce que j'appellerais le corps de l'écharpe, dix-huit tricotées par le système de rangs raccourcis de finition.

Étonnant, non ?

En tous cas, chiffonnant...

Je m'attelais donc à la tâche de résoudre ce problème,  obtenir le même nombre de piques de chaque côté de l'écharpe.

J'avoue avoir beaucoup tatonné, beaucoup tricoté et surtout beaucoup détricoté, mais j'ai fini par trouver le bon calcul, la formule magique qui me permettait de gagner, la fameuse martingale !

Écharpe queue de dragon, variante invisible...
Écharpe queue de dragon, variante invisible...

Et voilà ! 

Dix piques de chaque côté, ma martingale fonctionne, je n'ai plus qu'à retourner à  Las Vegas et je fais sauter la banque....

Pour celles qui seraient tentées, voici la très légère modification à apporter au système de rangs raccourcis pour obtenir cette symétrie parfaite, je l'ai indiquée en rouge :

Pour les piques finales, quand on n'a plus qu'un petit peloton ou quand on a atteint la longueur souhaitée, après 5 barres mousse, rabattre les 6 premières mailles puis tricoter 3 mailles, *tourner, tricoter 3 mailles, tourner, 1 maille lisière, tricoter 4 mailles, tourner, 4 mailles, tourner, 1 maille lisière, 5 mailles, tourner, 5 mailles, tourner, 1 maille lisière, 6 mailles, tourner, 6 mailles, tourner, 1 maille lisière, 2 mailles ensemble, 6 mailles, tourner, 7 mailles tourner, rabattre 6 mailles et tricoter 2 mailles ensemble, 1 maille, on en a alors 3 sur l'aiguille, reprendre à * jusqu'au bout du rang.

Et pour finir en beauté, encore quelques exemplaires de queues de dragon, en attendant quelques ex voto.

Écharpe queue de dragon, variante invisible...
Écharpe queue de dragon, variante invisible...
Écharpe queue de dragon, variante invisible...
Écharpe queue de dragon, variante invisible...
Écharpe queue de dragon, variante invisible...
Écharpe queue de dragon, variante invisible...

Rassurez-vous,  je ne porte pas toutes ces écharpes, j'en offre beaucoup....

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2017

où il apparaît une recette d'hiver. ...

Il y a déjà quelques temps que je n'ai pas partagé de recettes ici.

Aujourd'hui, une recette simplissime, donc inratable, mais capable de faire aimer les navets à ceux qui n'aimaient pas ça. 

Pour deux, il faut 500 grammes de navets, une cuillère à soupe de beurre et une cuillère à soupe de moutarde à l'ancienne.

Eplucher les navets, les couper en petits morceaux et les faire cuire 10 minutes à  l'eau bouillante.

Les égoutter, les verser dans une sauteuse avec le beurre et la moutarde, mélanger, couvrir et laisser confire doucement, en remuant de temps en temps.

Le temps de cuisson dépendra de votre patience, de votre mode de cuisson, gaz ou électricité,  de l'épaisseur de votre sauteuse... le plus simple est de goûter. 

C'est tout et c'est très bon, avec une viande blanche, un poison, voire un steak.

Navets confits à la moutarde à l'ancienne
Navets confits à la moutarde à l'ancienne

Bon appétit ! 

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Mes petites bouffes

Repost 0

Publié le 22 Janvier 2017

où il apparaît encore une Parisienne...

Un an jour pour jour après l'apparition de ma première Parisienne, voici ma petite (momentanément) dernière.

La Parisienne du marché aux oiseaux
La Parisienne du marché aux oiseaux

Pas franchement de saison, je vous l'accorde, puisqu'elle est en voile de coton, mais il faut être prévoyante, et un peu d'incantations aidera à faire venir l'été.

Je l'aime bien aussi parce qu'elle est entièrement réalisée en récup', le haut est coupé dans une étole chinée sur la braderie de Houilles

La Parisienne du marché aux oiseaux

le bas dans une jupe Ventilo dénichée aux puces d'Anduze.

Il est orné de broderies :

La Parisienne du marché aux oiseaux
La Parisienne du marché aux oiseaux

Comme je souhaitais laisser à la jupe froncée tout son ampleur, pour conserver les broderies, j'ai modifié le patron de la jupe.

La Parisienne du marché aux oiseaux

En fait, j'ai simplement cousu la jupe, après avoir démonté sa ceinture en bord côtes que je réutiliserai bientôt dans un autre projet, au bas de la doublure du haut. Doublure récupérée d'un autre vêtement bien sur.

La Parisienne du marché aux oiseaux

Au final, une jolie robe printanière qui n'attend que le beau temps...

Voir les commentaires

Rédigé par Françoise/pourquoitantdelaine

Publié dans #Couture, #patron gratuit

Repost 0